Homélie pour la solennité de la Pentecôte (C)

Jn 14, 15-16. 23b-26 
    En ce temps-là,Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous. Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.
    Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

 « Le Défenseur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, explique Jésus, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit ».

    Ces paroles du Seigneur nous situent au cœur du mystère de la Pentecôte. Elles nous permettent de comprendre qui est l’Esprit Saint, que nous célébrons d’une manière particulière aujourd’hui, et quel est son rôle auprès de nous.

   Le récit des Actes des Apôtres, dans la première lecture, était déjà très explicite. Les Juifs, qui étaient rassemblés à Jérusalem en provenance de nombreux pays du pourtour de la Méditerranée, s’extasiaient à l’audition de la prédication des apôtres. « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous galiléens ? », observent-ils avec étonnement. D’où leur question : « Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? ». Et leur étonnement se termine par ce constat proche de la jubilation : « Tous nous les entendons parler, dans nos langues, des merveilles de Dieu ».

   L’apôtre Paul décrit, lui aussi, en termes très forts, l’action de l’Esprit dans le cœur des croyants. « Ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, écrit-il aux chrétiens de Rome, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions “Abba !”, c’est-à-dire : Père ! ». L’Esprit du Seigneur est agissant dans la vie des disciples et met sur leurs lèvres les paroles qui conviennent pour louer Dieu. Il leur permet de reconnaître leur dignité d’enfants du Dieu unique, qui est Père, et d’exprimer cette réalité dans leur prière d’action de grâce. Tel est le fruit de l’Esprit en eux. La promesse de Jésus aux apôtres le soir du Jeudi Saint, qui nous était rappelée dans l’évangile, a trouvé sa pleine réalisation le jour de la Pentecôte : « l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit ». L’Esprit est celui qui parle et qui conduit dans la vérité tout entière, dira encore Jésus (Jn 16, 13).

   Nous le savons, la parole est ce qui permet la communication la plus élaborée et la plus profonde entre les hommes. Elle est le moyen d’expression de la proximité, de la solidarité et de la communion entre les personnes. Le refus d’adresser la parole à quelqu’un est ressenti comme une offense. C’est dire, à l’inverse, l’importance relationnelle de la parole. C’est elle qui établit les liens entre les êtres humains ; elle ouvre les chemins de la compréhension mutuelle ; elle sort de l’isolement et crée un monde de fraternité.

   L’Esprit Saint est souvent mis en relation avec la parole dans la Bible. C’est lui qui inspire les prophètes dans leur mission d’annonce (Is 48, 16 ; 59, 21 ; Ez 2, 1–2 ; 3, 22–27). C’est lui qui se manifeste sous la forme d’une colombe lors du baptême de Jésus par Jean-Baptiste dans les eaux du Jourdain (Mc 1, 10 // Mt 3, 16 // Lc 3, 22 – cf. Jn 1, 32–33) ; c’est lui qui repose sur Jésus, quand il accomplit les signes qui révèlent sa qualité de Messie (Lc 4, 16–21 / Is 61, 1–2 — cf. Is 11, 1–2 ; 42, 1–7)) ; c’est lui qui inspire les chrétiens quand ils sont amenés à donner leur témoignage (Mt 10, 19–20 // Lc 12, 11–12 — cf. Mc 13, 11) ; c’est lui qui est le Paraclet, c’est à dire à la fois le Défenseur, l’avocat, dans les situations conflictuelles, comme aussi le Consolateur, qui donne la force d’âme pour avancer avec confiance et assurance sur les chemins du Royaume des cieux, par delà les difficultés du temps présent (Jn 15, 26 ; 16, 7) ; c’est lui qui inspire la communauté ecclésiale, quand elle cherche les voies du renouvellement spirituel (Ap 2, 7, 11 17, 29, etc.).

   C’est tout cela qui nous est rappelé en ce jour où nous célébrons la fête de la Pentecôte. Nous faisons mémoire de la naissance de l’Église, de ce jour où l’Esprit de Dieu a transformé le cœur des disciples pour qu’ils soient, jusqu’aux extrémités du monde, témoins du Seigneur Ressuscité. En même temps, nous rendons grâce au Père des cieux pour son assistance indéfectible auprès de ses enfants, tout au long des siècles, par le don de son Esprit qui les soutient et les fortifie dans leur quotidien. Nous sommes conscients de notre petitesse et de notre faiblesse. Mais nous savons que le Seigneur ne nous abandonne pas. Il nous l’a promis, et sa promesse est pour nous source de confiance et d’espérance : « Je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20).

   L’Esprit nous instruit au quotidien par la parole qu’il nous communique intérieurement. Il nous permet de grandir dans la connaissance du Seigneur Jésus. Il nous montre les voies qu’il faut prendre pour vivre plus intensément les valeurs de l’évangile dans les différentes situations qui marquent la trame de nos vies. Il nous fait comprendre comment agir pour être témoins de la Bonne Nouvelle auprès de nos contemporains. Telle est la parole qu’il nous adresse sous des formes multiples. Il importe alors que nous ayons une oreille attentive pour nous laisser guider par lui.

L’Esprit de Pentecôte est véritablement ce Défenseur et ce Consolateur, qui nous donne de percevoir dans chacune de nos vies la présence du Seigneur Ressuscité et, de la sorte, transfigure nos propres conditions d’existence. Amen.

P. François Fraizy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *