Homélie pour le 3ème Dimanche de l’Avent (C)

Lc 3, 10–18  
En ce temps-là,les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements,qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger,qu’il fasse de même ! » Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi pour être baptisés ; ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. » Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites violence à personne,n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. » Or le peuple était en attente,et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ. Jean s’adressa alors à tous :
« Moi, je vous baptise avec de l’eau;mais il vient, celui qui est plus fort que moi.Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales.
Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ;quant à la paille,il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. » Par beaucoup d’autres exhortations encore,il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

    Nous aimons le troisième dimanche de l’Avent, parce que c’est le dimanche qui nous invite à la joie. La venue du Seigneur dans notre monde, que nous célébrerons bientôt, embrase déjà notre cœur d’enthousiasme et de jubilation.

  L’apôtre Paul a trouvé des mots très forts, dans la deuxième lecture, pour évoquer cette dimension caractéristique de l’expérience chrétienne. L’exhortation qu’il a adressée aux chrétiens de la ville de Philippes résonne encore à nos oreilles. « Réjouissez-vous dans le Seigneur […], réjouissez-vous », déclare-t-il. Sa perception de cette réalité fondamentale qu’est la joie dans la vie des disciples est si intense qu’il adresse à deux reprises son appel à se réjouir. Il fait comprendre, de la sorte, qu’il y a là quelque chose d’essentiel, une manière de vivre, un don, qui est fait à ceux qui suivent Jésus et qu’il convient d’actualiser dans leur propre existence. Il ajoute encore l’adverbe « toujours » pour renforcer cet appel à la joie, lui donner une amplitude supplémentaire, et il souligne explicitement le fait qu’il s’exprime sur le mode de la répétition : « Réjouissez-vous dans le Seigneur toujours ; je le dirai à nouveau : Réjouissez-vous », écrit-il littéralement.

    L’insistance donc est très appuyée. La joie est ainsi désignée comme étant une particularité du chrétien. Cette invitation à la joie reçoit un relief encore plus grand quand on prend conscience que l’apôtre s’adresse à une communauté qui connaît la persécution, qui souffre pour le Christ, et que lui-même est actuellement en prison (Ph 1, 7.12–17 — cf. 4, 14). Quelles que soient les conditions extérieures d’existence, la joie fait partie du lot du chrétien. Paul poursuit : « Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes ». On pourrait encore traduire : « Que votre sérénité soit connue de tous les hommes ». Le chrétien est bienveillant, doux, bon à l’égard des autres, parce qu’il possède une grande paix du cœur, parce que sa vie est enracinée dans le Christ, comme le laisse entendre la suite du développement de l’apôtre. « Le Seigneur est proche », dit-il, et il ajoute : « Ne vous inquiétez de rien, mais en tout, par la prière et la supplication avec l’action de grâce, que vos demandes soient connues de Dieu ! ». La modalité pour vivre cette sérénité et cette paix du cœur, c’est la prière, parce celle-ci est le lieu où l’on remet tout entre les mains de Dieu, qui est amour, pardon, miséricorde, bonté sans mesure. Paul peut alors conclure : « Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus ». Le fruit d’une telle démarche spirituelle apparaît en toute clarté. Il s’appelle : joie, paix intérieure, sérénité, sécurité, confiance. On est entre les mains de Dieu. Rien de tragique ou de dramatique ne peut se produire, en définitive, par delà les aléas de la vie.

     Cet état de fait est attirant. Il ne repose pas sur une attitude stoïque, comme  si on avait une bonne carapace. Il ne provient pas de l’endurcissement, comme si on s’était forgé une protection à toute épreuve. Il a sa source dans la compréhension que l’on a de sa propre situation de croyant, à savoir qu’on est aimé et que cet amour nous porte, nous soutient, nous comble, nous apporte la part de plénitude à laquelle nous aspirons. C’est cela la force du chrétien, sa solidité, sa sérénité. Il se sait aimé, et cet amour le fortifie, le fait tenir debout, quoi qu’il arrive. Et pour cela, il vit dans la joie.

  C’est une perception de cet ordre qui a amené le pape François à proposer le Jubilé de la miséricorde, qu’il a ouvert le 8 décembre, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception, et que les diocèses du monde entier mettent en route en ce troisième dimanche de l’Avent. Le pape explique au début du document intitulé « Misericordiae Vultus », « Le Visage de la Miséricorde », qui annonce la tenue du Jubilé : « Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde. Elle est source de joie, de sérénité et de paix. Elle est la condition de notre salut. Miséricorde est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité. La miséricorde, c’est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché » (§ 2).

 Le pape François explique ensuite ce qu’implique la reconnaissance de la miséricorde de Dieu. « Il y a des moments où nous sommes appelés de façon encore plus pressante, à fixer notre regard sur la miséricorde, afin de devenir nous aussi signe efficace de l’agir du Père. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu ce Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde, comme un temps favorable pour l’Église, afin que le témoignage rendu par les croyants soit plus fort et plus efficace » (§ 3). En d’autres termes : Le disciple, parce qu’il se reconnaît bénéficiaire de la miséricorde de Dieu, doit devenir à son tour artisan de cette miséricorde dans le monde à l’égard de ses frères et sœurs en humanité.

 C’est à un tel programme de vie que Jean-Baptiste invitait déjà ses contemporains qui lui demandaient ce qu’il leur fallait faire. Sa parole reste pleinement d’actualité. « Celui qui a deux vêtements, disait-il, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! », et encore : « Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ». Nous connaissons les souffrances de notre monde. L’urgence et la nécessité frappent à notre porte. Allons-nous nous enfermer dans notre égoïsme et refuser d’entendre le cri de ceux qui souffrent, ou bien allons nous refléter la miséricorde de Dieu à l’égard de tous les petits que la dureté des conditions de vie a placés sur les chemins de l’exode ? Il y a aussi toutes les personnes qui attendent un peu d’attention et d’affection dans un monde marqué par l’indifférence et la solitude. Comment allons-nous leur faire comprendre que Dieu les aime ?

   Voilà les appels qui nous sont adressés. Le Jubilé de la miséricorde, dans lequel nous entrons avec le pape François, nous sollicite d’une double manière. Nous rendons grâce pour la bienveillance divine qui s’est manifestée dans la venue de Jésus parmi nous et qui a transformé chacune de nos existences. Nous sommes dans la joie parce que Dieu nous a visités et nous a montré la grandeur incommensurable de son amour. En même temps, nous sommes appelés à rendre visible cette miséricorde et cette bonté de Dieu dans notre monde. Charité, ouverture de cœur, sens de l’accueil et du partage, bonté, bienveillance, générosité, pardon doivent prendre une place privilégiée dans notre vie. Dieu a véritablement fait de nous des partenaires. Il sera connu et aimé dans notre monde si nous sommes les reflets de son visage. À nous alors de nous montrer dignes de la responsabilité qu’il nous a confiée. Amen.

                                       François Fraizy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *